Covid-19 & climatisation adiabatique 

L’impact du COVID-19 est global. Durant cette pandémie, il est important de rester informé sur les précautions à prendre pour votre santé et celle des autres.

À l'heure actuelle, les chercheurs savent que le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) se propage par : des gouttelettes libérées dans l'air lorsqu'une personne infectée tousse, éternue ou parle, par des contacts physiques qui vont ensuite toucher le nez, la bouche ou les yeux et par des aérosols formé de l’accumulation de molécules du virus dans l’air. Les gouttelettes ne restent pas en suspension, mais tombent généralement sur le sol ou atterrissent sur d'autres surfaces à une courte distance de la personne infectée ; c'est pourquoi la distanciation sociale et physique est efficace pour empêcher la propagation. Toutefois, les scientifiques sont maintenant d’accord que la propagation par les aérosols est également problématique et requiert de la prudence. Ces informations, largement reconnues et citées comme source d'expertise sur le virus, émanent de l’université Johns Hopkins aux États-Unis. Il n'y a actuellement aucune preuve que le coronavirus peut se propager par des systèmes de ventilation ou de climatisation.

GestesBarriere.png

Il n’y a pas de contre-indication au maintien en fonctionnement des systèmes de renouvellement d’air ou de ventilation. Au contraire, le maintien en fonctionnement des systèmes pendant les épisodes épidémiques contribue à limiter le risque de confinement du virus par l’apport d’air neuf, ce qui réduit considérablement les risques d’infections par aérosols. Des études ont démontré qu’un renouvellement de 2,5 volumes d’air par heure était déjà suffisant pour réduire de 90% le nombre de particules nocives dans l’air.


De façon générale, les systèmes de ventilation ou de traitement d’air permettent d’assurer un renouvellement d’air dans les bâtiments. Aussi, il est recommandé :

 

  • Pour les bâtiments d’habitation et entreprises, d’assurer une ventilation générale et permanente ;

  • Pour les autres bâtiments, de prolonger le temps de fonctionnement du système de ventilation ou de traitement d’air et dans l’idéal, de le maintenir en fonctionnement permanent ou d’élargir la plage de fonctionnement journalière (ex : démarrage 1 heure avant et arrêt 1 heure plus tard) ;

  • D’augmenter les débits d’air insufflé et/ou extrait en privilégiant les périodes où les locaux sont inoccupés ;

  • De réduire voire supprimer la recirculation d’air ou le recyclage d’air afin de fonctionner en tout air neuf.

shutterstock_1723665049.jpg
shutterstock_1721677486.jpg

En complément ou en l’absence de système de ventilation, il est recommandé d’aérer régulièrement les locaux par l’ouverture des fenêtres. Cependant, il faudra veiller à créer une circulation d’air traversante dans le local afin d’éviter un refoulement d’air s’il n’existe pas de système d’aération dans les autres locaux.

Entretien et maintenance des installations CVC-R

Les opérations d’entretien et de maintenance des systèmes doivent être maintenues selon les recommandations des fabricants. Toutefois, les opérations ne remettant pas en cause la sécurité des biens et des personnes peuvent être reportées afin de tenir compte de la durée de confinement.


Les filtres présents dans les systèmes de ventilation ou de traitement d’air à l’insufflation ou à l’extraction d’air doivent être remplacés selon la procédure normale c’est-à-dire :

  • À la date de maintenance préventive prévue,

  • Avec des filtres de performance au moins équivalente à ceux d’origine,

  • Et seulement lorsque la perte de charge admissible ou la date limite sont dépassées.

Références: Université Johns Hopkins | REHVA | ASHRAE

 

Recommandations en matière de gestion de l’air : ventilation et aération

Avertissement

Ce document a pour objectif de formuler les recommandations de manière simple et efficace tel que nous les recevons par les pouvoir de la santé en Belgique. Les recommandations concernent la gestion de l’air et cela afin de diminuer les risques liés à la contamination par aérosols. Ces recommandations ne doivent en aucun cas être considérées comme suffisantes individuellement et ne doivent en aucun cas substituer aux autres mesures d’application comme : le port du masque bien ajusté au visage, le distanciation physique, l’hygiène des mains ou encore d’autres mesures comme des parois de plexiglas, la limitation du nombre de personnes et du temps de présence dans les locaux. Les protections contre le virus de la Covid 19 doivent toujours être considérées comme cumulative.

Transmission

« Les principaux modes de transmission du virus SARS-CoV-2 évoqués dans la littérature (par ex. HCSP a, 17/03/2020 et HCSP c, 14/10/2020 ; Sciensano factsheet – v7 du 24/12/2020) sont :

  • L’inhalation et le dépôt de gouttelettes sur les muqueuses (plus grandes que 5 μm) émises par un individu, en contact étroit, lors de la toux, d’éternuements et de la parole ;

  • La transmission aéroportée, par inhalation de gouttelettes plus fines (« droplet nuclei ») et des particules sous forme d’aérosols contenant le virus qui peuvent rester en suspension dans l’air sur de longues distances et dans le temps ;

  • La transmission par contact indirect avec les muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux par les mains ayant eu un contact avec des surfaces contaminées (fomites3). Il y a peu de preuves directes pour cette voie de transmission, qui doit toutefois bien être considérée comme une voie potentielle, car plusieurs études ont démontré une contamination importante des surfaces aux alentours d’une personne infectée, et que d’autres maladies respiratoires et des coronavirus peuvent se transmettre via un tel contact indirect (Sciensano factsheet, 14/12/2020). »

 

Ces trois modes de transmission ne s’excluent pas mutuellement.

 

« Les chercheurs sont de plus en plus nombreux pour s’accorder sur le fait que les aérosols jouent un rôle important dans la transmission du SARS-CoV-2. La transmission par aérosols contribue à expliquer la différence de risque de contamination entre les espaces clos et l'air libre. »

Concentration CO2

« In buildings with mechanical ventilation systems, extended operation times are recommended for these systems. Adjust the clock times of system timers to start ventilation at the nominal speed at least 2 hours before the building opening time and switch off or to a lower speed 2 hours after the building usage time. In commercial buildings 1 hour before and after building usage time is enough if the building would be ventilated with 3 volumes of outdoor air at that time. In demand-controlled ventilation systems, change the CO2 setpoint to 550 ppm in order to maintain the operation at nominal speed. »

Il est recommandé de mettre en marche les systèmes de ventilation au moins 2 heures avant l’arrivée des occupants et 2 heures encore après la libération des locaux. Si le système est raccordé à un système de mesure du niveau de C02, il est recommandé d’établir la limite à 550 ppm en permanence. La concentration en CO2 étant un bon indicateur de l’occupation et de la qualité de l’air.

 

Ventilation air neuf

« La transmission du virus SARS-CoV-2 est beaucoup plus courante à l’intérieur qu’à l’extérieur, à cause du manque d’aération et du fait de la concentration croissante du virus au cours du temps si une personne malade est présente et que le local est insuffisamment aéré.

Pour diminuer le risque de concentration de virus dans les locaux intérieurs, la première recommandation donnée par le REHVA est de ventiler le plus possible les locaux intérieurs, celle-ci ayant un impact sur la distribution et la charge biologique des aérosols infectieux.

En effet, ventiler une pièce avec 100 % d’air neuf, évite l’accumulation de particules virales dans celle-ci, par renouvellement de l’air. »

Nos machines sont parfaitement adaptées a ce genre de demande et on le bénéfice de continuer à apporter de l’air frais en été sans diminuer la qualité de l’air dans les locaux.

 

« Dans sa procédure « Maitrise des infections à SARS-CoV-2 pour la pratique dentaire », le Risk Management Group (RMG, 2020) conclut que « 2,5 renouvellements d’air sont exigés pour obtenir une réduction de 90 % des contaminants d’air. ». Dans un bureau dont l’occupation est de 15 m²/personne et la hauteur sous plafond est de 2,5 m, cela correspond à un débit de 94 m³/h par personne. »

 

Humidité

« Casanova et al. (2010) indiquent qu'à 20 °C, l'inactivation à basse et haute HR reste relativement limitée et est la plus élevée dans le cas d’une HR de 50 %. »

 Pour nos systèmes directs et indirects, les dernières recherches semblent même démontrer qu’une augmentation de l’humidité pour voir une très légère diminution de l’activité du virus SARS- CoV-2 et au pire aucun effet. Le niveau d’humidité n’est donc pas un facteur problématique

 

Sources

Les recommandations citées ici sont issus des documents :

CSS N°9616 paru en février 2021  disponible sur https://www.health.belgium.be/fr/avis-9616-ventilation-et-la-transmission-de-sars-cov-2

« REHVA Covid 19 Guidance Version 4.1» disponible sur https://www.rehva.eu/activities/covid-19-guidance/rehva-covid-19-guidance

 

Vous avez des questions?

Merci pour votre envoi !-)